Mise en place des stations

Choix des sites

La position et la configuration des stations dépendent presque toujours des objectifs spécifiques des études projetées. Pour maximiser la distance de détection d’animaux en vol, l’idéal consiste à choisir un endroit élevé offrant une vue non obstruée dans la direction dans laquelle l’antenne sera orientée. Les endroits où sont accumulés des agrégats et les sites de décharge peuvent être particulièrement appropriés. Souvent, les toits d’immeubles particulièrement élevés permettent d’installer les antennes au-dessus du sommet des arbres des environs, des éléments élevés des milieux urbains ou des accidents de terrain.

Il est également très important de prendre en compte la source d’énergie possible pour la station (énergie solaire ou alimentation à partir d’un réseau d’électricité) ainsi que du type de connexion Internet (filée ou sans fil). L’alimentation à partir d’un réseau d’électricité est toujours plus fiable, et beaucoup moins coûteuse, que l’énergie solaire. La connexion Internet permet le suivi des animaux en temps réel et le téléchargement automatique des données (seulement aux stations avec récepteur SensorGnome). Des options de connectivité cellulaire sont en voie de développement.

Mise en place des stations

D’une manière générale, les stations fixées à des bâtiments ou à d’autres structures en place, comme des tours, sont les plus stables et les options les plus sûres; il est habituellement possible d’assurer leur alimentation en énergie à partir d’un réseau d’électricité et/ou leur connexion Internet. On peut installer un mât pouvant supporter une ou plusieurs antennes sur à peu près n’importe quelle structure existante (p. ex., un phare ou une tour d’observation de feux de forêt) ou encore sur une tour de télévision standard. Les toits plats ou ceux qui sont entourés d’un garde corps ou d’une structure similaire conviennent particulièrement bien; c’est le cas des phares et des tours de communication radio ou par Internet. Toutefois, la grande majorité des stations sont constituées d’une tour autoportante haubanée qui convient bien pour les endroits où il n’existe aucune infrastructure.

On peut voir des photos de différents types de stations existantes et obtenir les instructions pour l’installation de toursi9 autoportantes au site Web Sensorgnome.org. De nombreux détails des instructions s’appliquent à tous les types d’installations.

Configuration des stations et orientation des antennes

L’orientation de l’antenne ou des antennes à une station donnée dépend en grande partie de l’objet des recherches et, surtout, de la topographie de la zone environnante, car les antennes ne doivent jamais pointer en direction d’obstacles comme des bâtiments, des arbres ou des collines. Le plus souvent, le but consiste à couvrir le plus de terrain possible pour détecter les mouvements d’un espace à un autre. On y parvient habituellement en utilisant diverses configurations de réseaux de stations : des réseaux en tourniquet ou linéaires qui permettent de détecter les animaux migrateurs dans leurs déplacements en latitude ou en longitude; des réseaux point à point qui les détectent dans leurs déplacements entre différentes zones (dans le cas des espèces dont on connaît bien les aires de reproduction et d’hivernage et les lieux de halte migratoire); et des récepteurs placés sur des plateformes mobiles ou flottantes qui suivent les déplacements d’oiseaux en mer. On peut utiliser des réseaux de stations de portée locale ou régionale pour suivre les mouvements d’animaux dans n’importe quelle direction dans l’ensemble d’une région, la densité des réseaux étant fonction toutefois de la nature des recherches, du degré de précision recherché, des espèces en cause et des caractéristiques du paysage.

Précision

Les données de stations automatisées spécifiques n’offrent pas une résolution spatiale très élevée, et les chercheurs sont souvent contraints d’utiliser une position implicite basée sur l’emplacement de la station et la direction dans laquelle pointait l’antenne au moment où l’animal a été détecté. La puissance du signal des émetteurs et l’intervalle de temps entre les détections peuvent servir à estimer la proximité des cibles par rapport aux stations. Actuellement, la résolution la plus fine des données de stations automatisées est de quelques centaines de mètres.

Toutefois, lorsqu’elle est couplée à un protocole de pistage manuel, la radiotélémétrie procure la plus grande précision parmi toutes les technologies actuellement disponibles, soit une résolution inférieure à un mètre si désiré.

Il est important que les stations soient généralement plus élevées que le milieu environnant de sorte que la ligne de visée soit libre de tout obstacle dans la direction où les antennes sont pointées. On peut fixer les antennes sur à peu près n’importe quel support. Nous vous invitons à nous fournir des photos montrant différentes installations.

Bird Studies Canada Privacy Policy | Accessibility Policy
Bird Studies Canada P.O. Box 160, 115 Front St., Port Rowan, ON Canada N0E 1M0
Phone:1-888-448-2473, ext. 162 Fax: 1-519-586-3532 E-mail: motus@birdscanada.org